Bien propre

La salubrité du poulet, c’est plein de sens

Vous coupez le gazon, passez la balayeuse et faites le ménage de votre frigo ? Vous voudriez sûrement qu’on fasse la même chose pour vous assurer que le poulet soit élevé dans de bonnes conditions. Un environnement salubre est une priorité et même une obligation. Grâce à des pratiques d’élevage rigoureuses et parmi les plus hauts standards de salubrité de l’industrie, vous pouvez être assuré que toutes les étapes permettent d’avoir une viande saine dans votre assiette.

En gros, on s’assure d’avoir des bâtiments qui sont propres, d’avoir un temps d’arrêt entre deux cycles d’élevage pour faire le nettoyage et la désinfection puis de changer la matière (paille, ripe, litière, copeaux) sur laquelle vivent les poulets pour éviter le développement de bactéries et de maladies. En plus de points de contrôle dès l’entrée du bâtiment, empêchant d’amener des contaminants avec nous.

Il y a aussi les contrôles antiparasitaires pour empêcher des visiteurs étrangers, tels que des rongeurs, d’autres oiseaux et parasites.

Chaque ferme est auditée à chaque année pour assurer le respect des normes, afin de confirmer que l’élevage au Québec est pratiqué dans les règles de l’art.

Donc, le poulet est aussi propre que votre frigo (ou même plus propre).

Le saviez-vous?

La plus calorique: blanche ou brune?

La différence de calories entre viande blanche et brune n’est pas très grande. En effet, 100 g de cuisse de poulet sans peau ne contient que 29 calories de plus qu’une portion de 100 g de poitrine de poulet sans peau.